• Demander sa carte européenne d'assurance maladie.

C'est l'équivalent de la carte vitale, elle fonctionne dans pratiquement toute l'Europe. Pour les quelques pays où elle n'est pas valable, il faut avancer les frais engendrés par les soins, et on est remboursé plus tard par la Sécurité Sociale. On peut l'obtenir en en faisant la demande à son centre de Sécurité Sociale, ou sur le site internet http://www.ameli.fr 

  • S'assurer d'être assuré.

En cas de gros problèmes de santé, mieux vaut être sûr de bénéficier d'une assurance, pour assurer un rapatriement par exemple. Généralement le fait d'avoir une carte bancaire permet de bénéficier d'une assurance à l'étranger pendant 90 jours (se renseigner auprès de sa banque). Pour ma part, j'étais également couverte par mon "assurance accident française", valable dans toute l'Europe.

  • Prendre rendez-vous auprès de son banquier.

Pour connaître les frais engendrés par le retrait d'argent à l'étranger, les frais de paiement par carte, votre plafond de retrait et de paiement. Et également essayer d'obtenir certains avantages ! Céline a ainsi pu bénéficier de plusieurs retraits gratuits en devises étrangères, et de paiements par carte sans aucun frais même hors zone euro, ce qui n'est pas négligeable ! 

  • Demander sa carte étudiant internationale.

C'est la carte ISIC, qui, si vous êtes étudiant, vous permettra de bénéficier de certaines réductions, dans les musées, auberges, certains bus... Il suffit aller sur le site http://www.isic.fr et de la commander en ligne, un justificatif de scolarité vous sera demander. La carte ISIC coûte 13 euros mais elle est très vite rentabilisée.